Nous sommes le 28 Août 2015 - 03:08
Recherche   
· Accueil
· Les thèmes / Sujets
· Vos liens
· Recommander ce site
· Le Hit du site
· Le forum
· Les membres
· Votre compte membre

Sa vie de 1913 à 2001
Ses oeuvres littéraires
Ses poèmes
Charles et la peinture
Bibliographie
Sa filmographie
Sa discographie
Ses DVD et BluRay
Toutes ses chansons

Agenda
Pas d'événements programmés

....où l'on parle de Charles


Il y a actuellement 326 invité(e)s et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.


Newsletter
Inscrivez-vous a notre
Newsletter !
Votre e-mail :


· Panneau

Voir tout les articles sur ce sujet.

LES GRANDS MOMENTS - 14 : Pour ses 80 berges, Trenet prend la Bastille
le Lundi 18 Mai 2015 - 12:04
Charles et la chansonLE 19 MAI 1993>
Par Elisabeth Duncker

Quatre-vingts printemps ! Et une pêche d’enfer ! Certes, il devait avoir un élixir de jouvence et être fier d’avoir atteint cet âge-là en si bon état. N’empêche que la vieillesse lui pesait aussi quelquefois, même si souvent il en plaisantait, comme on plaisanterait d’une infirmité pour s’en excuser ou pour se donner du courage.
Ainsi, en 1974, il déclara au micro de RTL: “J’ai soixante-et-un ans, la majorité absolue.” Et en 1978, en ayant alors soixante-cinq: “En photo je suis maintenant mieux de dos que de face...”
Lui qui à trente ans se trouvait déjà vieux, publia à cinquante-deux ans ces émouvants couplets:

Vous qui me quittez
Comme à la fin d’un bel été...
Vous qui savez bien
Que désormais plus aucun lien
Aucun aveu, serment, folle promesse
Ne rendront mon cœur triste ou joyeux
C’est à vous, à vous jeunesse
Que je dis adieu...





886 lectures Lire la suite... Des commentaires ? Envoyez cette article à un ami Format imprimable

REVUE DE PRESSE mars-avril 1964
le Vendredi 03 Avril 2015 - 12:04
Charles et la chanson Extrait de "Y A D'LA JOIE" n° 81
par Jean Séraphin

CHARLES TRENET À AIX-EN-PROVENCE les 21 et 22 février 1964
TRENET AU PUBLIC AIXOIS : « VOUS M’ENLEVEZ UN POIDS ! »
« Le Provençal Dimanche» du 23 février 1964 :
par Raymond GIMEL

« Fleur bleue », « Y a d’la joie », « La mer »…
Costume bleu marine très classique, œillet rouge fiché en boutonnière, cheveux d’or ondulant comme les blés, l’œil en bille d’agate et le sourire imitant celui de ses dessins : allant d’une oreille à l’autre, Charles Trenet, longuement, interminablement acclamé, rappelé, venait de reprendre, pour terminer son récital par un feu de joie, ses chansons de vingt ans, ses chansons de toujours.

Nous le retrouvions tel qu’ à nos seize ans. Seuls manquaient le petit chapeau gris, l’index dressé, et le roulis d’un pied sur l’autre…

Les magnétophones des radios périphériques faisaient vrombir leurs petits moteurs au promenoir. De leur foudre, les flashes des photographes transformaient en petit enfer, capitonné de rouge, la salle très gentiment bourgeoise du Théâtre d’Aix-en-Provence.


873 lectures Lire la suite... Des commentaires ? Envoyez cette article à un ami Format imprimable

NARBONNE MON AMIE ...
le Mardi 17 Mars 2015 - 10:50
Charles et la chanson

Par Elisabeth Duncker


«Narbonne, c’est l’histoire d’un amour contrarié : Charles Trenet chantait Narbonne mais sa ville natale ne l’a jamais vraiment entouré de son affection. Comme dans tout divorce les torts sont sans doute partagés.
Il n’a donné que deux concerts dans sa ville et se montrait discret lors de ses visites et beaucoup d’habitants ont encore aujourd’hui des sentiments
mélangés à son égard. »

Voici ce que Thierry Stampfler commentait dans le JT de France 3 ce 26 février 2001.

Elisabeth Duncker a fouillé son abondante collection d'archives et d'articles de presse et a tenu à remettre l'église au milieu du village à propos des relations de Charles Trenet avec sa ville natale.

Dans cet article, elle nous livre le résultat de ses recherches, comme toujours, abondamment étayées ...



1430 lectures Lire la suite... 1 Commentaire Envoyez cette article à un ami Format imprimable

LES GRANDS MOMENTS - 13 : 1989 - UN PUNCH D’ENFER AU PALAIS DES CONGRES
le Samedi 23 Août 2014 - 12:02
Charles et la chansonpar Elisabeth Duncker

En 1989, après avoir donné quelques concerts en France, les 30 et 31 janvier au Havre, le 4 février à Grenoble, le 28 février à la Cigale à Paris, le 1er mars, Lionel Jospin, alors ministre de l'Education nationale, lui remit les Palmes Académiques. Au sortir de la cérémonie, France Inter diffusait ce court entretien:

- Charles Trenet, vous êtes heureux ?
- Je suis très heureux et même très honoré. . .

- Quand est-ce qu'on vous revoit chanter ? Avec votre succès de cet hiver, j'imagine que vous allez recommencer. . . ?
- Il est question que je passe au Palais des Congrès à la rentrée, au mois d'octobre. Il y aura des nouvelles chansons. Il y aura surtout des chansons que j'ai enregistrées en disque (NDLA : ce qui était complètement faux, il n'avait plus rien enregistré depuis 1985 et son prochain album ne paraîtrait que trois ans plus tard chez WEA, tandis qu'au Palais des Congrès il ne présenterait qu'une seule nouveauté: L'ami des lendemains).


2420 lectures Lire la suite... Des commentaires ? Envoyez cette article à un ami Format imprimable

PASCAL SEVRAN et "LA CHANCE AUX CHANSONS"
le Mercredi 28 Mai 2014 - 09:40
Charles et la chansonpar Elisabeth Duncker

Le 9 mai 2008 nous quittait Pascal Sevran, l'ardent défenseur de la chanson française et présentateur de notamment "La Chance aux chansons".  Il a animé aussi Laissez passer la chanson (1983), Sevran en chantant (1996), Surprise Party (1997-1999), Chanter la vie (2001-2007) et Entrée d'artistes (2004-2007).

Né le 16 octobre 1945 à Paris dans le quartier de la Bastille, il s'appelait Jouhaud et il venait d'avoir 18 ans (comme dans la chanson qu'il a écrite pour Dalida) quand il a décidé de changer de nom. Il a choisi ce nom de ville en feuilletant un annuaire. Pascal Sevran, il est resté quand, après quelques 45 tours oubliés, il est devenu auteur de chansons, journaliste et écrivain. Lui qui a appris à aimer la chanson en écoutant sa mère fredonner et en écoutant Radio Luxembourg entre 9 et 13 ans, a conquis aussi le marché du disque : deux albums, et des galas en France et en Belgique.


3754 lectures Lire la suite... Des commentaires ? Envoyez cette article à un ami Format imprimable

LES DVD - BluRay
le Lundi 19 Mai 2014 - 11:09
Charles et la chanson

DVD



CHARLES TRENET, LA VIE QUI VA (2006)
2 DVD : Bon Anniversaire (récital à l'Opéra Bastille en 1993)
Itinéraire d'un Fou Chantant (Documentaire)


EMI Music Marketing


DVD 1 "Bon Anniversaire" :

Revoir Pars / Les chiens loups / Kangourou / Le revenant / Au bal de la nuit / J'ai ta main / La famille musicienne / Douce France / Boum / Que reste-t-il de nos amours ? / Mam'zelle clio / Il pleut dans ma chambre / L'âme des poètes / C'est un jardin extraordinaire / Le soleil et la lune / Mes jeunes années / La mer / Y'a d'la joie 

DVD 2 "Itinéraire d'un Fou Chantant :


Interview de Charles Aznavour / A la porte du garage / Route nationale 7 / Moi, j'aime le music hall / Les relations mondaines / Boum / Que reste-t-il de nos amours ? / L'âme des poètes / Narbonne mon amie / Le Jardinier qui boite / Vous êtes jolie / Tout est au duc / Débit de l'eau, débit de lait / La tarentelle de Caruso / Beyond the sea / Douce France / Le soleil et la lune / Le jardin extraordinaire / La route enchantée / Y'a d'la joie / Moi j'aime le music-hall / Papa pique et maman coud / La vie qui va / Il y avait des arbres / Dis moi quel est ton nom ? / Dors petit frère / La folle complainte / Les enfants s'ennuient le dimanche / Vous oubliez votre cheval / Fidèle / Fleur bleue / Il pleut dans ma chambre /
Mes jeunes années / La romance de Paris / Y'a d'la joie / Remise de la Légion d'Honneur.







TRENET PAR TRENET : 1913 - 2013, EDITION ANNIVERSAIRE (2014)
DVD + 1 CD AUDIO

LMLR - Réalisation : Jacques Pessis

SYNOPSIS :


Issu de nombreuses interviews réalisées pour la télévision et spécialement sélectionnées par Jacques Pessis, incluant des interprétations par Trenet de la plupart de ses plus grands titres, à la fois intimiste et passionnant, ce documentaire s’adresse à tous ceux qui souhaitent mieux connaitre cet immense artiste et savourer à nouveau ses chansons inoubliables. Sa vie, son oeuvre, ses passions et ses confidences, tout est dit dans ce superbe document où Trenet se raconte lui-même, avec pudeur mais aussi sincérité et, très souvent, avec émotion.

CD AUDIO :

Revoir Paris / Je chante / Y'a d'la joie / Le soleil et la lune / Que reste-t-il de nos amours ? / Douce France / En avril à Paris / Débit de l'eau, débit de lait / Boum ! / Mes jeunes années / La mer / Le jardin extraordinaire / La vie qui va / La route enchantée / Route nationale 7 / Le piano de la plage / C'était, c'était, c'était / Quelque part... deux amants / Le soleil a des rayons de pluie / A la porte du garage / Mon vieil atlantique / L'âme des poètes / La romance de Paris / Moi, j'aime le music-hall.










"JE CHANTE" (1938)

GAUMONT - Réal. : Christian Stengel

SYNOPSIS :

La passion du jeu a conduit le directeur d'un collège de jeunes filles à la ruine. 
Domestiques, professeurs et fournisseurs réclament leur dû quand Charles, le neveu du directeur, arrive. La débordante joie de vivre de ce garçon et ses chansons suffisent à apaiser les plus mécontents. Mais cela ne dure qu'un temps, car les difficultés affluent de plus belle et Charles devra mettre en oeuvre toute sa malice pour tirer le collège de ce mauvais pas.


DISTRIBUTION :
Charles Trenet : Charles
Félix Oudart : Roy de la Barre
Jean Tissier : l'éditeur
Jacques Berger
Margo Lion : Mathilde
Claire Monis : Clarita
Alfred Adam : Adam
Yves Deniaud
Georges Bever : l'employé du gaz
Julien Carette : Julien Lorette
Hugues de Bagratide : le Danois
Micheline Presle




"LA CAVALCADE DES HEURES" (1943)

GAUMONT - Réal. :Yvan Noé

SYNOPSIS :

"Hora", déesse des heures, apparaît tout à tour dans une suite de sketches : à un explorateur perdu dans le désert, à Tramel, un petit bourgeois, qui cherche à s'évader de sa médiocrité, ensuite à une maman frivole qui délaisse son petit garçon, encore à un impénitent noceur, puis à un brave homme qui n'a plus un sou pour payer son restaurant, à un jeune sportif, à une vedette lasse de l'égoïsme de son public, à un condamné à mort enfin pour lequel elle arrive à fléchir le jugement dernier.


DISTRIBUTION :
Fernandel,
Charles Trenet,
Meg Lemonnier,
Gaby Morlay,
Fernand Charpin,
Félicien Tramel,
Jeanne Fusier-Gir,
Jean Chevrier,
Jules Ladoumègue,
Lucien Galas,
Félix Oudart,
Jean Daurand,
René Noël





"C'EST ARRIVE A 36 CHANDELLES" (1957)

RENE CHATEAU - Réal. : Henri Diamant-Berger

SYNOPSIS :

Ce film plein de chansons et d'humour nous fait revivre de la scène et des coulisses l'émission phare de la télévision française des Années 50, "36 Chandelles" de Jean Nohain. Un grand nombre de vedettes en pleine gloire dont Charles Trenet, Charles Aznavour, Georges Guétary, Juliette Gréco, Roger Pierre et Jean-Marc Thibault, Philippe Clay, François Deguelt, les Blue Bell Girls du Lido et un Fernand Raynaud époustouflant sont les invités de cette prestigieuse émission.


DISTRIBUTION :
Jean Nohain
Paul Demange
Andrex
Cécile Aubry
Charles Aznavour
André Gabriello
Pierre Larquey
Odette Laure
Roger Pierre
Annette Poivre
Fernand Raynaud
Jean Richard
Jean-Marc Thibault







COMPILATIONS




"36 ETOILES EN PLEIN JOUR" (2006)

Editions Montparnasse


PRESENTATION :


Précurseur avec son père Jean Nohain des grandes émissions de variété à la télévision, Dominique Nohain feuillette un album vivant de ses souvenirs dans un spectacle éblouissant de deux heures, réunissant 36 étoiles... en plein jour.

Elisabeth Duncker nous en parle : "Dominique NOHAIN fait les présentations. On voit notamment une Simone Signoret débutante, un jeune François Périer et un déjà très loufoque Raymond Devos. Entre autres, car il y a aussi Juliette Gréco, Maurice Chevalier, Sheila, Dalida, Thierry Le Luron, j’en passe et des meilleurs !
Bien sûr, il y a Charles Trenet, dans un jardin extraordinaire et en compagnie de la Marquise, Mme Breton, où il chante (en direct) « En Seine-et-Oise »-, ensuite dans ce même jardin, il y a Gilbert Bécaud qui interprète un titre inconnu : « Fanfan » (paroles Louis Amade – et datant de 1962, qui ne figure sur aucun disque de lui).
Charles réapparaît dans « Tambour battant »- une autre émission de Jean Nohain , où, installé sur le toit de sa maison natale à Narbonne, il chante, micro au poing, « Ah dis, ah dis ah ! bonjour ! »














"TELE-CHANSONS N°2" (2010)

LCJ EDITIONS


PRESENTATION :

Retrouvez le meilleur de la chanson des années 50 avec ce DVD qui réunit les plus grandes stars de l'époque.Tous les plus grands chanteurs venaient en effet à l'époque sur les plateaux de télévision pour enregistrer leur chanson dans ce qui étaient les premiers clips de l'histoire !
1- Charles Trenet - Moi j'aime le music-hall2- Renée Lebas - Amour Perdues 3- Gilbert Bécaud - Mes mains 4- Cora Vaucaire - Bal chez Temporel 5- Henri Genes - La Tantina du Burgos 6- Maria Candido - Si tu passes par là 7- Luc Barney - Le bal des casquettes 8- Colette Renard - Ah dis donc (comédie musical Irma la douce) 9- Francisco Grandey - Attention Thérésa 10- Lucette Raillat - La môme aux boutons 11- Rudy Hirigoyen - Les jardins de Grenade (Film : Le collège en folie) 12- Léo Noel - L'orgue des amoureux 13- Maria Remusa - Adieu 14- Jacques Brel - Quand on n'a que l'amour 15- Odette Laure - Ca tourne pas rond 16- Tino Rossi - Le bateau de Tahiti 17- Juliette Greco - Coin de rue 18- Francis Lemarque - Le petit Cordonnier 19- France Clery - Maoubé 20- Claude Robin - Avé Maria no morro 21- Lisette Jambel - Un p'tit peu d'argent 22- Jean-Claude Pascal - Ah ! si j'avais des sous 23- Rosalie Dubois - La dernière des javas 24- Raymond Girerd - Bien fait pour moi 25- Les Trois MENESTRELS











2360 lectures Des commentaires ? Envoyez cette article à un ami Format imprimable

LES GRANDS MOMENTS – 12 : 1988, CHÂTELET TOUT NEUF, TRENET TOUT FLAMME !
le Mardi 15 Avril 2014 - 12:29
Charles et la chansonPar Elisabeth Duncker


Le 19 février 2001 Serge Hureau, à l’antenne de France Inter, proclamait que ‘’Charles avait toujours eu du mal.’’
Avait-il du mal ? Pas tant que ça.

D’abord, le 13 janvier 1988 il fut l’un des invités au Grand Echiquier de Jacques Chancel, en public et en direct sur Antenne 2, et consacré à Shirley Bassey (qui, dans les années soixante, fit fureur avec la chanson générique du film "Goldfinger", restée sa chanson fétiche). Charles y interpréta, accompagné au piano par cet incomparable musicien qu’est Michel Legrand : Coin de rue, J’ai ta main et Que reste-t-il de nos amours, soulevant des éclats de rire avec :
Un petit village, un vieux clocher,
Un paysage, Shirley Bassey…




3548 lectures Lire la suite... Des commentaires ? Envoyez cette article à un ami Format imprimable

13 JUIN 1959, CHARLES FAIT SA RENTREE A LA TELEVISION ...
le Mardi 25 Mars 2014 - 12:06
Charles et la chanson

A "L'Ecole des Vedettes", le 13 juin 1959

En 1959, la Radiodiffusion-télévision française n'est pas encore l'ORTF et s'affiche encore avec son célèbre logo RTF "atome". C'est l'année qui connait le lancement du célèbre magazine "Cinq Colonnes à la Une" et, pour la première fois, un hélicoptère est utilisé pour retransmettre les images du "Tour de France".

Il faut émettre pendant 55 heures par semaine pour satisfaire les spectateurs assis devant les 1.406.240 récepteurs en France. La Maison de la Radio commence à s'édifier. Il n'y a qu'une seule chaîne mais on parle déjà d'une seconde chaîne et, déjà, on se permet de rêver à la couleur…


Charles Trenet, lui, revient du Japon et fait sa rentrée à la télévision dans "L'Ecole des Vedettes". Cette émission, animée par Aimée Mortimer(*) de 1956 à l'été 1963, présentait un artiste confirmé lequel parrainait une jeune vedette "en devenir". C'est ainsi que, l'année suivante, cette émission verra la toute première apparition de Johnny Hallyday, parrainé par Line Renaud. Mais revenons en 1959 et à Charles Trenet. . .



2480 lectures Lire la suite... Des commentaires ? Envoyez cette article à un ami Format imprimable

LES GRANDS MOMENTS – 11 : 1987, UN JUBILÉ EN CHANSONS « GENTLEMAN TRENET »
le Samedi 01 Février 2014 - 12:13
Charles et la chanson

GALA MUMM AU THÉÂTRE DES CHAMPS-ÉLYSÉES , LE 26 SEPTEMBRE 1987


par Elisabeth Duncker



DES ANNÉES DE SILENCE… ?
Charles semblait vouloir tenir parole en ne se produisant plus à Paris.
Cependant il ne resterait pas inactif, paraissant d'abord le 15 août 1981 sur A2, dans le magazine de Jacques Ertaud : «Bonjour bonsoir la nuit», qui passait en direct tard dans la soirée et pour lequel il créa quelques vers, restés inédits (1*). Puis, début septembre, il faisait une seconde partie au Festival Mondial de la Chanson française à Juan-les-Pins.
En décembre 1982 il réapparut à l'antenne de TF1, pour «Le Grand Studio» de Michel Legrand, et auparavant, en septembre de cette année, fut tourné dans sa propriété «Le Domaine des Esprits» à Aix-en-Provence, «Témoins», un vidéo-livre de Danièle Delorme, avec un entretien conduit par Pierre Bouteiller.
Nommé en août 1982 Chevalier de la Légion d'Honneur, il commettrait ensuite l'erreur de se présenter à l'Académie française. Bien entendu, il  fut recalé.

Dans son ouvrage volumineux, «Monsieur Trenet» (Lieu Commun – 1993), Richard Cannavo y consacre près de 50 pages. Je n'en ferai pas autant. Aussi fais-je grâce au lecteur des nombreux commentaires parus dans la presse à ce sujet.


...


7195 lectures Lire la suite... 2 Commentaires Envoyez cette article à un ami Format imprimable

LES GRANDS MOMENTS – 10 : CHARLES TRENET AU THÉÂTRE DU ROND-POINT, 29 JUIN 1981
le Mardi 10 Décembre 2013 - 12:11
Charles et la chanson... OU, LA CHANSON PERPETUELLE


par Elisabeth Duncker

CHARLES TRENET REVIENDRA UNE SEULE FOIS SUR SCÈNE POUR JEAN-LOUIS BARRAULT…
C'est ce qu'annonçait Jacqueline Cartier le 21 avril 1981 dans "France-Soir".
Non, il ne veut plus chanter en public, mais il fera une exception le 29 juin au Théâtre du Rond-Point, pour l'inauguration d'une "saison en chansons", où il sera présent en spectateur. Et il rompra alors son serment pour venir nous chanter en chair et en os et en yeux bleus une chanson. Ou deux.

Juste deux jours avant, son pianiste Christian Rémy avait été victime d'un accident d'automobile. Cela s'était passé à un carrefour, à trois heures du matin, deux bonnes femmes n'ayant pas respecté le feu rouge, lui étaient rentrées dedans. Elles étaient dans un état bien plus pitoyable que lui qui avait la chance d'avoir bouclé sa ceinture.

N'empêche qu'il avait reçu les éclats de verre du pare-brise en plein visage. Il était à l'Hôtel Dieu, avait l'œil touché et avait été opéré. Lalue le remplacerait…


3478 lectures Lire la suite... Des commentaires ? Envoyez cette article à un ami Format imprimable

Contact : webmaster@charles-trenet.net

Merci à Olivier Lagrou qui a aimablement mis tout son talent dans la conception des illustrations générales de ce site.
Merci aussi à Sylvain Massou qui, à plusieurs reprises, a sorti sa boite à outils informatiques pour remédier à mille et un problèmes techniques. Merci aussi à Nicolas Bayet, toujours positif et présent pour aider avec un très grand sourire !
Nos partenaires : Couleur - Production vidéo - Conseils e-learning - Théâtre en entreprise

Conformément au Code de la Propriété Intellectuelle, toute exploitation (représentation ou reproduction) de tout ou partie du site internet est strictement interdite sauf autorisation expresse et préalable d'Alvos Films - Dominic Daussaint
Ce site fonctionne sous PostNuke un système complet de portail web écrit en PHP.
PostNuke est un logiciel libre disponible sous licence GNU/GPL.