Nous sommes le 21 Sept 2020 - 06:46
Recherche   
· Accueil
· Les thèmes / Sujets
· Vos liens
· Recommander ce site
· Le Hit du site
· Le forum
· Les membres
· Votre compte membre

Sa vie de 1913 à 2001
Ses oeuvres littéraires
Ses poèmes
Charles et la peinture
Bibliographie
Sa filmographie
Sa discographie
Ses DVD et BluRay
Toutes ses chansons
Ses récompenses et distinctions

Agenda
Pas d'événements programmés

....où l'on parle de Charles


Il y a actuellement 281 invité(e)s et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.


· Panneau

Le Forum des amis de Charles Trenet
Vous n'êtes pas connecté

< Sujet précédent   Sujet suivant >Tri ascendantTri descendant  Nouveau Sujet  Réponse
Auteur: Sujet: JOSÉ ARTUR - HOMMAGE

Trenetophage





Messages: 110
Inscrit(e) le: 3/1/2009
Statut: Déconnecté(e)

  Posté le 25/1/2015 à 15:50
« Dans la manière d’écrire de Trenet, il y a toujours eu et il y a toujours un reste d’enfance. » José Artur.

(Extrait du livre « TRENET » de Geneviève Beauvarlet (Bréa Editions – 1983)

A son Pop-Club de France-Inter, José Artur a vu défiler tous les grands de la chanson. Avec tous, il a dialogué.
Aux conversations qu’il a eues avec Trenet se mêlent les souvenirs de refrains connus par cœur. Leur musique entoure ses propos. Il nous les a confiées entre deux voyages.

Peut-être fais-je une confusion : avec le temps, les souvenirs deviennent flous, mais, dans ma mémoire, j’associe Charles Trenet – ou plutôt Charles et Johnny – à un film, « Robin des bois » et pendant l’entracte, c’était au Moulin Rouge, je crois, deux personnages qu’on appelait Charles et Johnny chantaient sur scène et m’ont immédiatement touché.
Il semble, mais la mémoire vacille, et j’ai souvent peur, comme disait Aragon, de « mentir vrai », qu’ils portaient sur scène des costumes bleu pétrole. Ce dont je suis sûr, c’est qu’ils gesticulaient bien et qu’on avait envie de gesticuler avec eux.
Trenet, il m’a d’abord amusé, avec ses idées baroques, ses jeux de mots, ses phrases bâties sur des rapprochements d’idées et de sons. L’enfant découvre le langage, il est content de l’utiliser, mais il ne le prend pas au sérieux. La langue pour lui, c’est un jouet, il essaie de triturer pour voir ce que cela donne, si la drôlerie ne peut pas naître du choc des mots. Dans la manière d’écrire de Trenet, il y a toujours eu et il y a toujours un reste d’enfance. Pas étonnant si les enfants l’aiment.
Trenet m’a ensuite ému. J’étais à l’âge où l’on passe de l’enfance à l’adolescence. Il y avait dans ses chansons un étonnant mélange de naïveté et de tendresse, d’érotisme fragile, à peine effleuré…, qu’on se laissait troubler.
Il était en même temps l’acteur et le témoin de mes premières amours, les secrètes, celles qui naissent d’un regard et que l’on n’ose pas avouer. Je me suis ensuite demandé comment Charles Trenet qui, s’il aime les femmes, n’est guère sensible à l’attirance physique qu’elles dégagent, pouvait aussi parfaitement décrire les jolies petites filles qui roulent à bicyclette et que l’on porte, très sensuellement sur ses épaules.
Il y a du miracle – et aussi, à l’évidence, une sorte de génie – dans sa façon de raconter. Après tout, Marcel Proust a su faire de son Albertine une femme fascinante.
Quelquefois, avec Trenet, la déception m’est venue. Légère, oh ! très légère… Que, par exemple, un poète comme lui, un homme sensible comme lui aux choses de la nature et à la beauté vraie, cultive dans son jardin des fleurs en plastique, cela m’a épaté. Sans doute s’agit-il d’une extravagance qui fait partie d’un tout. Celui qui fut « le fou chantant » ne doit pas être jugé à la commune mesure.
Les hommes qui, dans leurs chansons, délirent, ne peuvent avoir les réactions du plus grand nombre. Ils ont décidé, volontairement ou non, de surprendre. Et ils surprennent : on ne saurait leur en vouloir. Mais, aujourd’hui encore, je comprends mal ces fleurs en plastique.
Ces petites réserves n’ont guère influé sur l’admiration sans bornes que je porte à Trenet. Bien avant de recevoir professionnellement ses disques, j’achetais la plupart de ceux qui paraissaient. Je me rappelle un album 25 cm paru dans les années 1950 sous le titre de « Chansons claires ». Il comportait des textes qui me plaisaient et qui me plaisent toujours autant, comme « Les coupeurs de bois » ou « L’âme des poètes ». Je les ai fait souvent tourner sur mon électrophone.
La première fois que j’ai rencontré Charles Trenet en chair et en os, c’était loin, très loin, à Casablanca. J’étais alors à la fois acteur et secrétaire de François Périer et, grâce aux tournées Karsenty, nous promenions « Bobosse » à travers le monde francophone. Français Périer en était la vedette et j’y jouais un rôle secondaire.
A Casablanca, O’dett avait ouvert un cabaret, un lieu curieux mais sympathique. Tout naturellement, nous y sommes allés après la représentation. Trenet était là. Il m’a littéralement soufflé. Son indépendance de ton, son goût pour les jeux de mots, son refus des conventions pouvaient heurter à une époque où l’on n’avait pas encore appris à vivre pleinement sa liberté. C’était il y a trente-cinq ans. Dans son comportement aussi il était en avance.
J’ai eu, grâce à Trenet, beaucoup de grandes joies. Quand je le voyais sur scène naturellement. Mais aussi à chaque fois que je l’ai rencontré. J’ai joué un moment le rôle d’animateur dans une boîte de la rue Saint-Benoît, le Bilboquet. Il y venait parfois, y apportait son humour, son plaisir de parler, ses plaisanteries. Nous avions ainsi des conversations jusqu’à l’aube. Une nuit, il était plus grave. Il a, durant des heures, fait l’éloge de son frère Claude, un grand musicien. « Un meilleur musicien que moi », disait-il.
Le temps a passé. Je suis toujours ébloui par la fraîcheur de ses chansons, les nouvelles comme les anciennes. La soirée d’hommage qui lui a été offerte par le Théâtre du Rond-Point s’est pour toujours inscrite dans ma mémoire. Pas seulement à cause de son éblouissant passage sur scène. Ni à cause de l’admiration unanime des interprètes qui l’ont précédé, chacun puisant dans l’œuvre de Trenet la chanson par laquelle il lui rendit allégeance. Mais surtout à cause du bonheur qui se dégageait de cette soirée.
Dans la salle, comme dans mon « Pop-Club » qui s’était déplacé au Théâtre du Rond-Point pour l’occasion, la joie régnait. Ce soir-là, je me suis demandé : comment fait-il pour rendre les gens heureux, et je me répondais : il ne lui faut qu’un piano et du talent, beaucoup de talent. Un piano et du talent, je crois que cela résume ass ez bien Trenet, n’est-ce pas ?

 
Reply With Quote
Nouveau Sujet    Réponse


Powered by XForum 1.81 by Trollix Software
Contact : webmaster@charles-trenet.net

Merci à Olivier Lagrou qui a aimablement mis tout son talent dans la conception des illustrations générales de ce site.
Merci aussi à Sylvain Massou qui, à plusieurs reprises, a sorti sa boite à outils informatiques pour remédier à mille et un problèmes techniques. Merci aussi à Nicolas Bayet, toujours positif et présent pour aider avec un très grand sourire !
Nos partenaires : Couleur - Production vidéo - Conseils e-learning - Théâtre en entreprise

Conformément au Code de la Propriété Intellectuelle, toute exploitation (représentation ou reproduction) de tout ou partie du site internet est strictement interdite sauf autorisation expresse et préalable d'Alvos Films - Dominic Daussaint
Ce site fonctionne sous PostNuke un système complet de portail web écrit en PHP.
PostNuke est un logiciel libre disponible sous licence GNU/GPL.