Nous sommes le 26 Sept 2017 - 08:27
Recherche   
· Accueil
· Les thèmes / Sujets
· Vos liens
· Recommander ce site
· Le Hit du site
· Le forum
· Les membres
· Votre compte membre

Sa vie de 1913 à 2001
Ses oeuvres littéraires
Ses poèmes
Charles et la peinture
Bibliographie
Sa filmographie
Sa discographie
Ses DVD et BluRay
Toutes ses chansons
Ses récompenses et distinctions

Agenda
Pas d'événements programmés

....où l'on parle de Charles


Il y a actuellement 217 invité(e)s et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.


Newsletter
Inscrivez-vous a notre
Newsletter !
Votre e-mail :


· Panneau

CHARLES ET SA MALINGRE POSTERITE
le 14 Nov 2007 - 08:17
Charles et la chanson par Nicolas Paquin (alias Charles Blondeau)

Depuis quelque temps apparaissent sur le Site de Amis de Charles Trenet des questionnements légitimes quant à l’absence de pérennité de l’œuvre du Fou chantant.

Serait-ce que tout a été dit sur l’homme ?
Qu’il a vidé la question durant la quinzaine d’années qu’a duré son retour ?
Que Trenet ne devait pas durer ?

Tout cela est faux. Trenet durera : son œuvre persiste dans les mémoires et ses chansons courent encore dans les rues. Son retour ? Il fut une période créatrice où chacun de ses quatre derniers albums (dont le posthume) révèlent un cheminement lent et inexorable vers la fin, joyeuse et nostalgique.

Tout a-t-il été dit sur l’homme ?
Que non ! Mais des gens proches de l’entourage de Trenet pourraient être froissés si certaines de ses frasques parvenaient au grand public. Il faut dire que le côté olé olé du vénérable poète serait, dit-on, digne de mention. Pour les bios croustillantes, les folliculaires resteront sur leur faim quelques années de plus.


Alors il faut se tourner, pour résoudre cette question, vers l’intérêt pécuniaire. Et, voyez-vous, je crois fondamentalement que, actuellement, Trenet ne rapporte pas.
Oui, pour des compilations qui saturent le marché avec, dessus, la Mer, Boum et Que reste-t-il de nos amours ?. Mais pour l’essence, l’esprit, la finesse bref, l’immensité de son œuvre, il faut repasser.

Un jour, me promenant chez Archambault, une dame m’a demandé de la conseiller :
« Pour mes balades en auto, question d’entendre la voix du Fou chantant, ses plus belles chansons, que devrais-je choisir ? Allez, dites-moi, jeune homme, vous avez l’air de vous y connaître. »
Flatteuse, va !
J’ai conseillé une compile d’une douzaine de titres à une douzaine de dollars. Que faire d’autre ? Lui foutre un Frémeau à trente piastres entre les pattes et déguerpir ?

Il n'y a pas de marché Trenet.
Parce qu’il n’y a pas de demande. Parce que personne n’a l’audace de percer le marché. Susciter l’intérêt, développer la curiosité. Et les meilleures personnes pour le faire seraient encore Rozon ou El Assidi. Mais, comme le rapportait Rozon à L’Expansion.com, en mars 2001, Charles faisait de la promotion en vieux monsieur d’avant-guerre. Il n’accordait d’entrevue que sur requête suppliée. Alors si les détenteurs de ses droits se refusent à faire ce que Trenet ne voulait pas entreprendre (probablement parce qu’un homme de son envergure ne voit pas la pertinence de s’abaisser à de telles manœuvres), la valeur de l’œuvre ne fera que glisser.

Reste Aznavour, qui a racheté des droits de Trenet. Mais la carrière de monsieur Aznavour n’a pas besoin de Trenet, qui passe de plus en plus pour un souvenir. Aznavour excelle en affaires. Peut-être trop. Il peut se permettre de créer de la rareté dans son propre intégral. La rareté des produits Trenet est issue, elle, d’un manque de volonté. Et tant que personne n’osera susciter l’intérêt, le désir de revoir Trenet en photos, livres, CD, DVD, films, reportages, expositions, etc., ne restera que l’apanage d’un groupe restreint de fans.

Bien entendu, cela suscitera le développement d’un marché amateur, celui qu’on taxe d’illégal, mais qui sera forcé par l’absence d’investissements majeurs dans l’œuvre Trenet.

Bref, on ne blâmera pas les fans de ne pas croire en Trenet, mais plutôt ceux qui ne croient pas en ce qu’ils possèdent. Et comment leur imputer le tort : lorsque les Éditions Breton furent vendues, c’est Aznavour qui a tout racheté. Trenet n’a même pas levé le bout du coin de l’extrémité du cuir de son portefeuille pour s’assurer un revenu. Comme quoi il est difficile de demander à des gens d’investir dans l’œuvre que son auteur lui-même a laissé le long des golfes clairs...

 
Login
 Surnom/pseudo
 Mot de passe
 Identification automatique


Pas encore de compte ?
Enregistrez vous !
En tant que membre inscrit vous pouvez changer le theme du site, personnaliser la disposition des commentaires, poster sous votre nom.

Liens relatifs
· Plus à propos de Charles et la chanson
· Articles transmis par Dominic Daussaint


L'article le plus lu à propos de Charles et la chanson:
TOUTES SES CHANSONS !


CHARLES ET SA MALINGRE POSTERITE | Connexion/Créer un compte | 5 Commentaires
  
Les commentaires sont posté par leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Re: CHARLES ET SA MALINGRE POSTERITE
par Dominic (Envoyez un message) le 15 Nov 2007 - 08:15
Tous les grands noms de la chanson (Brel, Brassens, Ferré...) passent, après leur mort, par une période de purgatoire. En attendant, nous devons nous efforcer à entretenir la mémoire de notre chanteur-poète préféré... et nous montrer patient.

Re: CHARLES ET SA MALINGRE POSTERITE
par summicron (Envoyez un message) le 20 Nov 2007 - 11:07
Ce qui a manqué à Trenet, c'est un Raoul Breton, après la mort de ce dernier (vers 1960): quelqu'un doué pour sentir l'air du temps et pour conseiller Trenet dans le choix de ses chansons et, surtout, de ses orchestrations.

"La Mer" est devenue un tube mondial grâce à Breton qui avait bien compris que la Swing era était morte et que les gens, après la guerre, voulaient des chansons plus rhapsodisantes, comme le faisait Sinatra.

Symptomatique est la chute de Trenet après 1960. Après, il a su rebondir certes, mais sans jamais retrouver le succès d'antan. Il faut dire que les arrrangements post-70 sont, pour la plupart, hideux et inécoutables aujourd'hui.

Si quelqu'un avait eu l'idée de faire enregistrer Trenet en studio avec un piano (ou, mieux, une guitare) et une basse, comme en concert, cela aurait fait un CD qui traverse le temps. Une chanson, comme le "Voyage de la vieille", dans le dernier CD, tient la route grâce au dépouillement.

Inversement, personne n'a eu l'idée de faire chanter Trenet avec un vrai big band de jazz ou avec un nonet.

Trenet n' a pas su s'entourer.

A mon avis.

Contact : webmaster@charles-trenet.net

Merci à Olivier Lagrou qui a aimablement mis tout son talent dans la conception des illustrations générales de ce site.
Merci aussi à Sylvain Massou qui, à plusieurs reprises, a sorti sa boite à outils informatiques pour remédier à mille et un problèmes techniques. Merci aussi à Nicolas Bayet, toujours positif et présent pour aider avec un très grand sourire !
Nos partenaires : Couleur - Production vidéo - Conseils e-learning - Théâtre en entreprise

Conformément au Code de la Propriété Intellectuelle, toute exploitation (représentation ou reproduction) de tout ou partie du site internet est strictement interdite sauf autorisation expresse et préalable d'Alvos Films - Dominic Daussaint
Ce site fonctionne sous PostNuke un système complet de portail web écrit en PHP.
PostNuke est un logiciel libre disponible sous licence GNU/GPL.