Nous sommes le 26 Sept 2017 - 08:30
Recherche   
· Accueil
· Les thèmes / Sujets
· Vos liens
· Recommander ce site
· Le Hit du site
· Le forum
· Les membres
· Votre compte membre

Sa vie de 1913 à 2001
Ses oeuvres littéraires
Ses poèmes
Charles et la peinture
Bibliographie
Sa filmographie
Sa discographie
Ses DVD et BluRay
Toutes ses chansons
Ses récompenses et distinctions

Agenda
Pas d'événements programmés

....où l'on parle de Charles


Il y a actuellement 239 invité(e)s et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.


Newsletter
Inscrivez-vous a notre
Newsletter !
Votre e-mail :


· Panneau

QUAND L'ONDIOLINE REMPLACA DJANGO...
le 03 Jan 2003 - 09:01
Charles et la chanson par Dominic Daussaint

Sur la pochette d'un antique 78 tours Columbia, en dessous du titre L’âme des poètes, paroles et musique de Charles Trenet, une inscription, jadis dorée, m'intriguait : Charles Trenet et son Quartette Ondioline. Qu'était-ce que cet "Ondioline" ? Si ce nom vous dit quelque chose, moi, je vous "paye des chiques", comme on dit dans ma région…
La récente sortie du vol. 6 de l'Intégrale Charles Trenet (voir notre article précédent), et surtout le livret de Daniel Nevers qui l'accompagnait, eurent tôt fait d'éclairer ma lanterne d'ignare… Suivez-moi dans la découverte d'un instrument oublié et dans une session d'enregistrement épique et mouvementée…


Lorsqu'il écrivit L'âme des poètes, Charles se doutait qu'il s'agissait de l'une de ses meilleures œuvres. Il hésita pourtant assez longtemps avant de la graver, indécis par rapport à l'accompagnement musical qui lui siérait le mieux. Deux timides tentatives précédèrent la version connue de tous. Pour la première, jouant la carte d'une certaine modernité à l'américaine, Trenet fit ajouter artificiellement une réverbération d'enfer. A contrario, pour la seconde version, il joua la carte du dépouillement presque monacal en reprenant la plus grande partie de la chanson a capella. Sans doute, Charles envisageait-il alors d'interpréter son œuvre sans le moindre accompagnement, faute de lui trouver l'environnement musical adéquat.



Nous sommes le 8 janvier 1951. Retenu par ses tournées autour du monde, Charles n'a plus enregistré depuis des mois lorsqu'il franchit, ce jour-là, les portes du studio. Le directeur de Pathé-Marconi, Jean Richard (un ex-musicien de la Garde Républicaine qui n'avait rien à voir avec son homonyme, doublure de Maigret reconvertie dans le cirque) la trouvait déjà particulièrement saumâtre : ce jour-là, c'était un dimanche et pour payer les techniciens et musiciens au tarif des heures supplémentaires, gare au portefeuille ! Raison de plus pour cultiver les aigreurs financières du Richard particulièrement près de ses sous, Charles, toujours indécis quant à l'accompagnement digne de son Ame des poètes avait battu le rappel de tout les musiciens de talent. Pour la cause, Charles Delaunay, directeur de la revue Jazz Hot, avait fait chauffer le téléphone arabe et le tout jazz français était là : André Ekyan, Hubert Rostaing, Michel de Villers (clarinettes et saxes), Lucien Simoëns (contrebasse), René Duchossoir (guitare), Armand Molinetti (batterie), Benny Vasseur (trombone)… Même l'illustrissime Django Reinhardt, connu pour ses retards légendaires qui eussent pu électriser un Trenet particulièrement pointilleux sur les horaires, avait répondu présent. Et le Richard d'aviser tout ce beau monde avec la mine d'un Harpagon contraint d'acquérir une tonne de caviar !

Pour trois titres sur quatre (Dimanche prochain, Raphaël et La chanson de l’ours), il n'y avait guère de problème. C'est pour cette damnée Ame des poètes que les choses se gâtèrent sérieusement. Les heures passaient, les essais se succédaient, on ajoutait un musicien, on en retirait un autre, celui-ci remplaçait celui-là, celui-là jouait un peu plus fort, celui-ci un peu plus bas… rien n'avait l'heur de plaire au chanteur qui commençait à avoir ses nerfs ! Pourtant, certains de ces essais étaient apparemment fort réussis, comme le narre Daniel Nevers qui déplore également que tous ces brouillons soient aujourd'hui définitivement perdus. C'est vrai que nous aurions aimé entendre ce que fit Django ce jour-là… Prétextant un rendez-vous, Django, justement, s'éclipsa vers 18h, suivi par Rostaing, Villers… et puis d'autres encore s'égayèrent plus ou moins discrètement. La petite troupe des musiciens ainsi dégarnie, Charles sentant la moutarde lui monter au nez, en profita pour décharger toute son ire sur quelques journalistes qui passaient par là.

Enfin, dans un coin oublié, quelqu'un avisa, un instrument bizarre à clavier :

"C'est quoi, ce truc ?"

- C'est l'ondioline du père Jenny, répondit un connaisseur.

Et en effet, ce clavier électronique, ancêtre du synthétiseur, inventé par Georges Jenny à la fin des années '30, permettait de créer des sonorités dites stratosphériques par l'intermédiaire d'une série de filtres. Vu son passé de pianiste, c'est le tromboniste Vasseur qui s'y colla. Le mot n'est pas trop faible car l'engin n'était guère commode à manœuvrer… du moins à en juger par la description qu'en fait Alain de Filippis: " l'attaque du son était contrôlée par un mouvement vertical du doigt sur une tige sensible tandis qu'un mouvement horizontal du doigt sur cette même tige créait un glissando ou une modulation et permettait le contrôle du vibrato." Pour compliquer encore les choses, sous le clavier, "une grenouillère d'expression offrait la possibilité de contrôler le volume général de l'appareil tout en continuant de jouer". C'est ainsi que le miracle se produisit : Charles fut séduit par les sonorités de l'engin et vers minuit, en cette nuit du 8 au 9 janvier, l'âme des poètes voyait le jour. Complètement lessivé après ces glissando et ces vibrato, Vasseur déclara forfait pour la suite des enregistrements. Les musiciens de ce quartette ondioline improvisés furent royalement payés, au grand dam de Jean Richard. Pourtant, l'investissement s'avéra plus que rentable, puisque, pour Pathé-Marconi, L'âme des poètes devint l'une des plus grandes ventes de l'époque. D'ailleurs, depuis lors, ce titre n'a jamais quitté le catalogue de la firme.

Vers les 4 heures du matin, tout le monde étant parti, Charles dût se résigner à enregistrer La chanson de l'ours tout seul, juste accompagné par son pianiste du moment, Norbert Glansberg, par ailleurs compositeur de quelques grands titres d'Edith Piaf (Padam Padam, Mon manège à moi…).

Tellement séduit par l'ondioline qui avait sauvé son Ame des poètes, Trenet n'en resta pas là. Il reprit l'instrument pour l'enregistrement (le 22 janvier 1951, dixit Nevers) de trois autres titres : Ma maison, Mon vieux ciné et Mon amour est parti pour longtemps.

Quant à l'ondioline, même s'il fut fabriqué jusqu'à la mort de son inventeur en 1976, cet instrument est aujourd'hui bien oublié. Pourtant, Alain de Filippis, rapporte qu'il fit une apparition remarquée lors de l'Exposition Universelle de Bruxelles en 1958 (ce qui en tant que Belge ne pouvait certes m'échapper) et qu'à l'instar de Trenet, de nombreux compositeurs, tels qu'Arthur Honegger ou Darius Milhaud, l'adoptèrent.
 
Login
 Surnom/pseudo
 Mot de passe
 Identification automatique


Pas encore de compte ?
Enregistrez vous !
En tant que membre inscrit vous pouvez changer le theme du site, personnaliser la disposition des commentaires, poster sous votre nom.

Liens relatifs
· Plus à propos de Charles et la chanson
· Articles transmis par Dominic Daussaint


L'article le plus lu à propos de Charles et la chanson:
TOUTES SES CHANSONS !


QUAND L'ONDIOLINE REMPLACA DJANGO... | Connexion/Créer un compte | 3 Commentaires
  
Les commentaires sont posté par leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Re: QUAND L'ONDIOLINE REMPLACA DJANGO...
par Anonyme le 17 Mar 2004 - 02:43
J'aimerais en savoir plus sur l'ondioline, surtout les musiciens qui en faisaient usage. Pouvez vous m'aider ? Merci

Re: QUAND L'ONDIOLINE REMPLACA DJANGO...
par Dominic (Envoyez un message) le 28 Déc 2007 - 11:30
Ondioline ? Pour en savoir plus sur cet instrument mystérieux, ancêtre du sythétiseur, je vous recommande l'article récemment publié chez RFI MUSIQUE. Il s'agit d'un entretien avec Jean-Jacques PERREY, celui qui a accompagné Charles Trenet à l'ondioline lors de la session d'enregistrement narrée ci-dessus : http://www.rfimusique.com/musiquefr/articles/096/article_17118.asp

Contact : webmaster@charles-trenet.net

Merci à Olivier Lagrou qui a aimablement mis tout son talent dans la conception des illustrations générales de ce site.
Merci aussi à Sylvain Massou qui, à plusieurs reprises, a sorti sa boite à outils informatiques pour remédier à mille et un problèmes techniques. Merci aussi à Nicolas Bayet, toujours positif et présent pour aider avec un très grand sourire !
Nos partenaires : Couleur - Production vidéo - Conseils e-learning - Théâtre en entreprise

Conformément au Code de la Propriété Intellectuelle, toute exploitation (représentation ou reproduction) de tout ou partie du site internet est strictement interdite sauf autorisation expresse et préalable d'Alvos Films - Dominic Daussaint
Ce site fonctionne sous PostNuke un système complet de portail web écrit en PHP.
PostNuke est un logiciel libre disponible sous licence GNU/GPL.