Nous sommes le 30 Mar 2017 - 07:39
Recherche   
· Accueil
· Les thèmes / Sujets
· Vos liens
· Recommander ce site
· Le Hit du site
· Le forum
· Les membres
· Votre compte membre

Sa vie de 1913 à 2001
Ses oeuvres littéraires
Ses poèmes
Charles et la peinture
Bibliographie
Sa filmographie
Sa discographie
Ses DVD et BluRay
Toutes ses chansons
Ses récompenses et distinctions

Agenda
Pas d'événements programmés

....où l'on parle de Charles


Il y a actuellement 355 invité(e)s et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.


Newsletter
Inscrivez-vous a notre
Newsletter !
Votre e-mail :


· Panneau

TRENET, BRASSENS... ET LA CALAMITEUSE CARRIERE DU JUGE DUBOIS
le 27 Oct 2001 - 12:19
Charles et la chanson par Lucien J. Heldé

Malheureusement trop absent sur les ondes, Georges Brassens revient en force ces derniers temps à la faveur d'une commémoration (les 20 ans de son décès) et d'un anniversaire (les 80 ans de sa naissance). Rendons, nous aussi, hommage au poète-anarchiste. La plume alerte de Lucien J. Heldé nous donne à lire un texte ludique, très riche en références, qui établit un lien intéressant entre l'anar à la pipe et le poète au chapeau.

Entre Trenet et Brassens, un monde de différence ? Pas si sûr !

Bien sûr, d'une rive à l'autre du Golfe du Lion, tout semble opposer ces deux poètes, le Narbonnais fils de notaire et le Sétois fils de maçon, l'esthète amateur de prestigieux havanes et l'artisan fumeur de pipe, l'artiste aux multiples "relations mondaines" et l'ermite s'endormant comme un loir sur son brin de laurier, le haut dignitaire de l'Ordre de la Légion d'honneur et l'anarchiste exhibant en guise de rosette le lamentable toupet d'une tondue de la Libération…

Pourtant, un personnage à la destinée complexe rapproche le "Swing troubadour" de Narbonne de son "humble" confrère de la plage de Sète : le juge Dubois, archétype d'une justice injuste et bafouillante ; antihéros dérangeant, dont la présence n'étonne guère chez ce vieil anar de Brassens, mais qui peut surprendre sous la plume d'un Trenet communément (et abusivement) réputée plus conformiste.

Voici donc l'histoire de ce juge Dubois telle qu'elle se dessine, en filigrane, dans les œuvres des deux poètes majeurs du XXe siècle :

Dubois défraya la chronique en 1955 quand parut chez Hachette un opuscule dénonçant une sienne erreur judiciaire. Trois bûcherons, des hommes du Nord, après avoir abusé de vin d'Arbois dans la Taverne du Père Saliverne - ça ne s'invente pas ! - s'étaient bagarrés à mort pour une espèce de fille de joie, une fille de rien que l'on retrouva morte peu après, étranglée. Des témoignages concordants démontrèrent clairement que, pendant que les trois bûcherons cuvaient leur vinasse, la péripatéticienne avait quitté le débit de boisson au bras d'un autre gars "qui ne disait rien, mais n'en pensait pas plus". Mais le juge Dubois négligea coupablement cette piste évidente, et condamna sans sourciller les trois coupeurs "aux bois de justice" (sic). Leurs trois innocentes têtes tombèrent dans la sciure.

Auparavant, le funeste Dubois s'était déjà fait remarquer en envoyant en prison un pauvre vagabond. De fort mauvaise réputation, soit ! mais dont le seul crime était de chanter à tue-tête sur les chemins, de laisser courir les voleurs de pommes et d'importuner les vieilles comtesses recluses dans leurs châteaux. Le pauvre homme, désespéré de la vie, avait fini par se pendre aux barreaux de sa cellule. Tout le village vint le voir pendu… sauf les aveugles, bien entendu !

Sévissant toujours en province, mais comme juge d'instruction cette fois, le juge Dubois y déploya toute son incompétence. À cause de lui, de sa nonchalance, de son mépris pour les ruraux, de son ignorance crasse de la psychologie et des us et coutumes campagnards, deux affaires pourtant claires comme de l'eau de roche, mobile gros comme une maison et suspect évident, restèrent irrésolues. Résultat : l'assassin d'une bergère retrouvée morte au milieu de ses moutons, et celui du vieux chiffonnier, victime d'une avalanche suspecte, courent encore ! Dans les campagnes, les vieux ironisent encore sur l'inepte juge et ses lourdauds gendarmes s'endormant dans leur pèlerine, avachis sous la pluie…

Ni l'expérience ni les critiques n'adoucirent le cœur de pierre de Dubois.

Quelques années plus tard, comparut devant lui un pauvre garçon qui avait mal tourné. Crevant littéralement de faim, ce malheureux avait estourbi un passant en or massif, juste pour acheter de quoi manger. Dubois l'expédia à la Santé pour un siècle, soi-disant afin qu'il se refît une honnêteté !
L'austère magistrat ne reconnut non plus aucune circonstance atténuante à un fou, évidemment irresponsable de ses actes, qui avait trucidé sa concubine Marie alors qu'elle dormait à ses côtés. L'accusé, tout à fait perdu, prostré, répétant à longueur de séance "Marie, tu dors ?", ne comprenait même pas de qui il s'agissait quand Dubois évoquait sa "maîtresse". C'est vous dire son état mental ! Ça ne l'empêcha pas d'aller, lui aussi, épouser la veuve du bon docteur Guillotin…

La fin du juge Dubois fut tragique. Sortant du tribunal où, une fois de plus, il venait de prononcer une sentence de mort, il fut sauvagement (et sexuellement) agressé par un gorille en rut, échappé d'un zoo. L'honnêteté et la décence m'interdisent de m'étendre sur la nature des sévices qu'il subit ainsi que de préciser plus outre la localisation des cruelles blessures auxquelles il succomba. Il suffit de savoir que son agonie fut longue, bruyante et douloureuse… et que tout le monde pensa : "Bien fait pour ses fesses !"

Alors, avez-vous retrouvé toutes les chansons qui habitent cet article ?

Chez Charles Trenet :
Les relations mondaines - 1959
Swing Troubadour - 1941
Les coupeurs de bois - 1955
Je chante - 1937

Les gendarmes s'endorment sous la pluie - 1947
La mort du chiffonnier - 1973
Marie, tu dors - 1981


Chez Georges Brassens :
Les trompettes de la renommée - 1962
La tondue - 1964
Supplique pour être enterré sur la plage de Sète - 1966

La mauvaise réputation - 1952
Celui qui a mal tourné - 1957
Le gorille - 1952




 
Login
 Surnom/pseudo
 Mot de passe
 Identification automatique


Pas encore de compte ?
Enregistrez vous !
En tant que membre inscrit vous pouvez changer le theme du site, personnaliser la disposition des commentaires, poster sous votre nom.

Liens relatifs
· Plus à propos de Charles et la chanson
· Articles transmis par lulucom


L'article le plus lu à propos de Charles et la chanson:
TOUTES SES CHANSONS !


TRENET, BRASSENS... ET LA CALAMITEUSE CARRIERE DU JUGE DUBOIS | Connexion/Créer un compte | 0 Commentaires
  
Les commentaires sont posté par leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Contact : webmaster@charles-trenet.net

Merci à Olivier Lagrou qui a aimablement mis tout son talent dans la conception des illustrations générales de ce site.
Merci aussi à Sylvain Massou qui, à plusieurs reprises, a sorti sa boite à outils informatiques pour remédier à mille et un problèmes techniques. Merci aussi à Nicolas Bayet, toujours positif et présent pour aider avec un très grand sourire !
Nos partenaires : Couleur - Production vidéo - Conseils e-learning - Théâtre en entreprise

Conformément au Code de la Propriété Intellectuelle, toute exploitation (représentation ou reproduction) de tout ou partie du site internet est strictement interdite sauf autorisation expresse et préalable d'Alvos Films - Dominic Daussaint
Ce site fonctionne sous PostNuke un système complet de portail web écrit en PHP.
PostNuke est un logiciel libre disponible sous licence GNU/GPL.